PAN !!! aie aie aie ……….

french look or callook ?? 😮

 

« Jesus « 

Le Chemin de la Route

Notre Donny est un sale petit vicelard de nihiliste. Alors que je me pavanais dans sa cuisine, pour ainsi dire sur ses tapis de sol, il me débale cette adresse de blog pleine d’Amériques refroidies par l’air toulousain.

Que le Q te pèle jusqu’aux omoplates. Profitant de la torpeur qui s’abat sur leur triste ville, ces gens du voyage ont véhiculé leur estafette allemande vers les contrées de l’ouest. A l’arrivée, des poncifs, des clichés, des sourires et du ciel bleu. Comme si ils pouvaient être heureux, ces résidus de garbure aux fayots, au pays du cactus en boite gout Chili Nacho Grande et des armes à feu. Donny, ta gueule, je dis ce que je veux. C’est pas trois viets de plus ou de moins qui vont me mettre dans la tronche leurs soirées diapos. Bref, voila une vague tribu qui concrétise ce que nous voulons tous faire un jour avant d’aller servir de buffet d’entrée à des asticots retors. On les imagine, face au Pacifique, après avoir partagé le chili avec la branche Canal Historique de Vintage AutoHaus, en train de se demander de quel côté faire la marche arrière pour rentrer au Mirail. Qu’il est bon de conchier les hippies de midi-pyrenées.

Que les baleines québécoises ne nous détournent pas d’un temps honorable à Bonneville.

AVANTAGES VIP

Parmi les avantages qu’il y a à être un Garage Dude, c’est d’être informé en temps réel de l’actualité chaude des évènements incontournables sur la planète(minimum).

Donc les gars vous allez recevoir par courrier spécial vos entrées VIP au concert de Johnny H. avec en première partie Elvis back from paradise. Vip ça veut dire une bière offerte et assis sur une chaise à proximité de la scène. Suite @ l’Hotel de la plage avec vue sur l’étang du lac included !!

 

–Donny local bargain supplier–

KITT, THE REST OF THE STORY…..

Apres des annees de bons et loyaux services pour la F.L.E.G et cet enfoire’ de Michael qui m’a laissez tomber, j’ai du me recycler; d’abord a la sauce cal-look, puis les Monster Truck show, et maintenant je suis une pub roulante pour un coiffeur. La decheance complete, mais si Romney devient president, tout ira mieux… et Michael me reviendra.

 

The dude

OCCUPADO ?

En cette période de menstruations abondantes, le Garage Dude est plus affairé à son régulier qu’à son activité garagistique. D’ou cet absence de présence qui pourrait aisement faire s’interroger sur son intéret à rejoindre ses amis autour d’un baby chez Jean-mi aka Le Central. Que n’importe il faut laisser parfois à la nature l’opportunité de se ressourcer, d’aller puisser au fond d’elle même l’énergie nécessaire pour que jaillisse au grand jour cette belle fleur qui enchantera nos journées et fera de la vie une vraie et belle aventure qu’il faudrait être « bête » pour ne pas vivre…

En attendant Pantashop s’est enfin penché sur la question des gens comme moi que la nature à honoré d’une péninsule gargantuesque enviée de tous mais si contraignant à promener…

–Donny who is better when he don’t STFU–

SATURDAY NIGHT SPECIAL

Pour trouver il faut savoir chercher, mais aussi savoir quoi chercher…Pour ce qui me concerne chaque fois que je monte une piece sur mon Moteur 1900EFI et bien j’ai l’opportunité d’avoir une solution a trouver vu que Bolt-on ça veut rien dire dans ce secteur. Bon on va pas chouiner encore une fois, c’est quand même plaisant de voir le bidule avancer…

Ce diaporama nécessite JavaScript.

–Donny en combinaison de mécano–

WALTER SPECIAL

10 ans plus tard les bedaines sont formées, les égos sortent des chapeaux de cowboy et le ventru à lunette est locataire de la quatrieme dimension… c’est pas rien hein Tintin ?

Je vois pas bien ce que fait Michel platini sur cette photo, surement un montage photoshop!!

–Donny keep an eye wide opened–

 

ATTAQUE DE BEAVERS

et de Beavers portugais, amigos, maintenant ils font des mours en biton…

De là à imaginer remiser quoique ce soit avant l’arrivée des grands froids il n’y a qu’un pas…poil aux bras ;-D

 

–Donny busy when the sun goes down–

Omelette gerbeuse

Je sais de source avisée que certains « dudes » ont un penchant malsain pour tout ce qui est sorti des usines de Poissy. Entre le tcheustom années 80 avec les Delta Mics chromées et le plus jaune des leadsleds français à moustache, il existe visiblement un psychopathe repenti près à se départir. Ne me demandez pas comment on peut décider de vendre un truc qui a le stance d’une tirelire-cochon en argile montée sur des roulettes de poussette.

 

Tout, de la berline 2 portes au side-pipes en toyau de radiateur en passant par les pognées modernes et le capot à ouverture Skoda, tout a été fait. Il suffit de ressusciter un des artistes de l’aérographe, de faire péter ce moteur de Sierra emprunté à la bagnole à tonton et nous voila en route vers le Rod et Custom National de 86, celui ou que y’avait des putes à poil pour remettre les coupes.

Allez Donny, passes-moi 2000 de ces excellents euros. et merci le Bon Coin.

…AND PROUD WE ARE OF ALL OF THEM

C’est marrant ce moment de l’année où on commence à oublier l’été et où on se prépare à affronter l’hiver…le business en apesanteur laissant sous entendre que les traders fomentent des sales coups pour nos économies, nous laissant nous étriper dans les bouchons et dans les files des supermarchés. Voila enfin vous je sais pas mais moi ça me reconforte, c’est bon de savoir qu’il est là, le Dude, à se la couler douce en notre nom…

–Donny — Vingt Dieux, j’espere bien qu’il ira en finale

 

AUTO GIFT

Le monde est petit et s’ouvre a celui qui prend l’initiative. Bien content ai-je été de joindre l’utile à l’agréable. You know what I mean Dude ! Content aussi d’avoir rencontré un complice sympahtique et complaisant, qui livre ces buttons avec des Laffy Taffy (un peu comme G. Berg avec les zots), c’est la class(enfin je vous dirai ça quand mes gamins les auront dans le bec). Il ne reste plus désormais qu’a klaxonner gaiement!! Honk Friendly

–Donny and Bart aka the bus keeper–

On rigole mais, après, orange

Tiens, si on parle Dodge ici, je peux causer un peu aussi. J’ai passé dix jours en Floride avec une Challenger RT Classic de 2013. Et ? et ? et ??. Pour nous calmer, je dois couiner en préambule que les gus qui pensent les voitures aujourd’hui n’ont dans leurs caboches que les restes discgracieux de la culture automobile qu’ils se sont bricolé en collectionnant les Hot Wheels.

Alors, oui, tous les machins rogolos sont à leur place. Sous cette carapace orange « Header » stripée noir mat, il y a bien un Hemi 5.7 qui fait le bruit qu’on attend de lui. Les 375 chevaux de la brochure arrivent probablement aux roues arrières même si certains doivent de perdre dans la boite.

Les sièges sont sublimes. L’intérieur est à chier. La doc passe plus de temps à expliquer comment fonctionne le combo radio/DVD/GPS/USB qu’à guider le proprio vers la jauge à huile. Bref, Hertz loue le MILF magnet poussé au max.

Vous allez me dire que vous voulez la même pour chez vous et je vous répondrai mouhaha. C’est pas que ça boive au delà du raisonnable ou que je sous-estime votre capacité à extirper 40 K euros de la banque, c’est que le plumage et le ramage ne font pas tout.

 Comme les Majorette, dès qu’on ouvre une porte ou le coffre, on comprend ou la magie s’arrête. Les vitres de custode sont fixes. L’étanchéité du coffre dépend du bon vouloir d’un joint digne d’un hublot de lave-linge Mère Denis. Les panneaux de porte et le tableau de bord sont sous-traités à Tupperware. C’est une caisse pour soirées swingers 50 ans et plus bourrés au Malibu. Le vomi se nettoie bien mais l’odeur reste. Accélérez une peu riche sur une bande blanche et la boite switche toute seule en pseudo-manuel. Le mode douchebag demo est activé.  Ah, elle gueule la machina. Elle dit « oh oui, fais moi mal devant tes copains ». Hélas, elle est aussi agile qu’un tanker dans la Manche et il faut lui en mettre un gros paquet dans la tronche pour qu’elle daigne gigoter du cul. Cette chose est donc faite pour une chose : rendre jaloux malade la voisine.

Bon, on s’est quand même bien foutu de la tronche de tous ces pédés en Camaro jaunes ou en Mustang vertes. Il y a des coins de la planete ou la 107 Pigeot n’ira jamais. Dans ces coins, on entretient un mythe. Quand je sortais de cette Challenger, Ray Ban au nez, c’était comme si on avait pas encore perdu cette guerre de merde contre les viets et ces putains de nihilistes.